AMÉNAGEMENT PAYSAGER DU POLE D'ACCUEIL ET CONSTRUCTION DE LA MAISON DU GRAND SITE DU SALAGOU

Lieu : Clermont l'Hérault (34)
Maître d’ouvrage : Conseil Départemental de l'Hérault
SU : 690 m²

Coût : 3 600 000 € HT

Mission : Concours Avril 2019 EXPERIMENTATION E+C- / DEMARCHE BDO / MATERIAUX BIO-SOURCES

Equipe :

Alexandre SENAC & Nicolas ANDRE Architectes associés

Mutabilis paysagiste mandataire

TPFi BET TCE

OPALE BET VRD

ATELIER ROUCH Acousticien

ETAMINE BET HQE

Laurent GALLEPE BIM

 AVANT TRAVAUX  

Le Salagou est un site exceptionnel de part sa jeunesse. Le paysage agricole et pastoral «aride» s’est en partie transformé par la naissance d’un lac, apportant de nouvelles dynamiques, diversifiant l’écosystème. Le site qui nous intéresse est un condensé de toutes les dynamiques actuelles : balnéaires et touristiques, sportives et culturelles, contemporaines et patrimoniales.

A l’échelle du site, nous avons décomposé le projet en trois parties qui révèlent les caractères déjà en place par un système en peigne depuis le parking vers le camping : le parking, la garrigue, le parc actif.

PLAN DE MASSE

Nous avons installé la Maison du site à la charnière de la départementale et du chemin parallèle à la berge menant au centre nautique. Restituant sur sa toiture le paysage et le sol qu’il a confisqué de part son emprise, le bâtiment est fait de bois, de terre cuite et de verre. Là, surplombant le vallon, le bâtiment intègre le chemin des berges en son sein, et dessert à l’ouest le restaurant et la halle avec une vue fabuleuse vers le lac (la seule à cette distance de la berge), et les programmes d’accueil vers la vallon et la garrigue.

VUE AERIENNE

Une Architecture de pavillons en lévitation sur le vallon face au Salagou
L’architecture de la maison du site se compose de deux pavillons légers posés délicatement sur une grande strate qui s’étend horizontalement afin d’embrasser la vue magnifique sur le lac. Cette strate horizontale est décollée du sol et vient flotter de part et d’autre du vallon pour mieux en révéler le relief. Notre idée est de donner à voir la maison du site comme une architecture paysagère traversée par le vallon et la nature environnante.

VUE DE LA MAISON DU SITE

Insérées entre deux plaques horizontales, le sol et la toiture, les deux pavillons sont constitués de plusieurs boites opaques et transparentes selon les nécessités du programme. Les deux grandes toitures horizontales viennent révéler le profil des collines qui entourent le lac du Salagou. Elles débordent généreusement et semblent flotter pour mieux protéger et cadrer les vues magnifiques sur le grand paysage. La grande terrasse panoramique se développe tout le long de la façade Ouest en surplomb du vallon qu’elle franchie et offre ainsi aux usagers des vues imprenable sur le Lac.

Notre volonté est de proposer une architecture sobre et évidente en harmonie totale avec le site et la nature environnante. De ce fait la conception de la maison du site est guidée par une volonté forte de limiter l’impact du bâtiment dans le paysage. La hauteur des toitures est volontairement limitée pour laisser passer les vues en amont du site et ne pas boucher les perspectives magnifiques sur le lac. Les pavillons sont traités dans une alternance de boites opaques et de boites vitrées créant des transparences pour mieux faire pénétrer le paysage au coeur même des espaces de vie.

VUE DE L'ESPACE MUSEOGRAPHIQUE

Le principe constructif des pavillons se compose d’une structure bois légère faite de poutres et de murs à ossature bois isolées qui supportent une grande toiture débordante en bois massif KLH. La traduction du programme fonctionnel s’exprime à travers cette alternance de boites pleines à ossature bois recouverte d’un enduit de terre rouge issue du site et de partie vitrée généreuse s’ouvrant sur les grandes terrasses panoramiques ou sur le paysage. Ce rythme de plein et de vide dessine les façades dans une grande
sobriété, alternance de volumes rouges terre et de transparences.

VUE DU RESTAURANT

Les enduits rouges des façades sont réalisés sur le principe du torchis avec les terres issues du site. En continuité de ces façades en terre, de grands moucharabiehs réalisés en claustra de terre cuite, viennent protéger certaines parties vitrées du soleil et des vues. Le dessin hexagonal du motif des claustras devient la signature du projet, son identité graphique. Il dessine des ombres vibrantes et changeantes tout le long de la journée et vient qualifier l’atmosphère des espaces.

VUE DE LA HALLE